mercredi 4 juin 2014

CHRISTINE AND THE QUEENS


   

   Chose promise, chose due, aujourd'hui, on va parler musique. Cette année encore, la Lyonnaise que je suis n'a pas changé ses bonnes habitudes. Ainsi, des fameuses Nuits Sonores (à prononcer "nuitso", si tu as une barbe et une chemise motif ananas), je n'ai vu que la viande saoule étalée sur les quais de Saône, effrayante et ridicule.
A croire que je ne suis pas née dans la bonne génération (spéciale dédicace à toutes les Monique ;). 

Maintenant que je me suis bien mis à dos toute la communauté branchouille de Lyon City, passons si tu le veux aux choses sérieuses. Paradoxalement à cette sympathique intro, c'est une artiste actuelle et électro dont je veux te parler aujourd'hui. Elle s'appelle Heloïse, alias Christine & The Queens. Découverte il y a quelques mois aux Victoires de la Musique, j'avais flashé sur son costume doré, sa voix fragile, sa gestuelle inspirée et son regard côté (au passage, jette un oeil à la vidéo en fin d'article). C'est donc avec impatience que j'attendais la sortie de son premier album, "Chaleur humaine" ...




ET QU'EST-CE QU'ON EN PENSE ALORS ?

   C'est sur un rythme lent savamment dompté que Christine ouvre l'album d'une voix éraillée. Avec It (auquel on pourrait sans complexe ajouter un "h"), Christine annonce la couleur ou plutôt, cultive l'ambiguïté de son personnage. 
Elle enchaîne avec l'aérien Saint Claude, et de son inégalable phrasé, fait magistralement s'entrechoquer les mots.
Plus loin, track 5, Christine se promène dans les Paradis Perdus de Christophe, y sème sa musicalité sans jamais les dénaturer. 
Quatre chansons plus tard, Ugly Pretty (mon titre favori), frisson drama, n'est pas sans me rappeler le génie électrique du mythique Confessions on a Dancefloor, signé Madonna. 
Tombe ensuite la Nuit 17 à 52, son refrain entêtant, comme un parfum aussi agréable qu'enivrant.
Dix chansons ont passé, et déjà, le puissant Here vient conclure un album harmonieux, où partout, dans un souffle, un "Come on", je distingue, un sourire aux lèvres, le fantôme de Michael Jackson. 

Au cas où vous passeriez par ici, mes hommages, reine Christine.





Pour suivre Christine et ses Queens : direction ChristineandtheQueens.com.





2 commentaires:

Isabelle de Guinzan a dit…

Je suis fan de cette nana !! Depuis le début et ses premières chansons, avant même l'album. C'est mon coup de cœur musical du moment et je suis contente de voir qu'on le partage :) Je serai bien sûr à son concert le 18 juin à Paris, j'ai super hâte !

Clemence M. a dit…

@ Isabelle de Guinzan : Cette fille est indéniablement douée, j'aime ses influences et la façon dont elle s'en sert pour créer. Pas de concert prévu à Lyon pour l'instant, je me contenterai du showcase à la Fnac :) Profites en bien en tous cas !