LE RESEAU

lundi 13 janvier 2014

LE CHAPEAU


J'ignore si c'est une fête, mais dans tous les cas, c'est un fait : 2014 est là.
Je commence donc ce premier article de l'année en te souhaitant tout ce que tu souhaites que je te souhaite (je te laisse te débrouiller avec cette phrase).
Et comme en ce moment il ne fait pas bon digresser, je préfère, pour cette ébauche d'introduction, m'en tenir là.


Je ne vais pas te mentir, je suis quelqu'un de nostalgique.
Souvent même, nostalgique d'époques que je n'ai pas connues.
Nostalgique, comme Delon qui pense à Schneider, comme Simba qui pense à son père (après tout, du guépard au lion, il n'y a qu'un pas à faire), comme François Valéry en partance pour Oran, comme Johnny qui a un problème avec Vartan, comme un compte sans rendu, ou encore, comme tous ceux qui disent "Il aurait fallu".
Nostalgique, aussi, comme un auditeur de Nostalgie (tu sais, y'a des phrases qui n'ont pas d'ambition, et d'autres qui en ont ...).
Enfin, nostalgique du temps où porter un chapeau était la règle et non l'exception.
Alors cet été, en découvrant les silhouettes hivernales d'Heidi Slimane, je me suis dit que l'hiver serait Fedora, où ne serait pas.
C'est donc en Novembre dernier, sur un chic site nommé Bon Clic Bon Genre, que j'ai trouvé le Saint Graal.
Un modèle en laine, lien en cuir et couleur noire, pour lequel je voulais aujourd'hui une ambiance froide, une atmosphère bleutée, à travers laquelle on pourrait deviner la batterie agressive de The Way You Make Me Feel (que tu finiras par entendre si tu y penses très fort ... ou, éventuellement, si tu te branches sur Spotify).




Fedora - Bon Clic Bon Genre

Blazer - Zara (ancienne collection)



Si toi aussi, tu es du genre "C'était mieux avant", si tu as une furieuse envie d'incarner Le Samouraï, ou si tu as juste besoin de t'acheter un chapeau, direction le site Bon Clic Bon Genre (et je ne t'apprends rien en te disant que les soldes ont commencé depuis un certain temps).
Quant à toi, Lyonnais que le regard provincial n'effraie pas, sache que Bon Clic Bon Genre possède, depuis peu, une boutique physique sur les Pentes de la Croix-Rousse, au 2 rue Fernand Rey (dans le premier).




Clemence M.

mardi 24 décembre 2013

LE REVEILLON


Lecteur, Lectrice, 

Aujourd'hui je ferai bref.
Car aujourd'hui, on est tous plus intéressé par son foie gras et ses cadeaux que par la blogosphère, aussi fascinante soit elle.
Pour ma part, je m'apprête à réaliser une glace au pain d'épices.
Tu vois, je te mens pas quand je te dis que la blogo, ça fascine.
Et même si en cuisine, je m'approche d'avantage de la quiche (ou "ouiche", pour les plus cultivés) que du cordon bleu, je suis volontaire.
Rassure toi, je te tiendrai au courant de mon état de santé post-dessert.

Sur ce, je te souhaite un superbe Noël !









Clemence M.

mardi 17 décembre 2013

LA LETTRE A CLAUDE FRANCOIS


Les partiels terminés, me voici de retour avec une nouvelle créa et une marque que j'affectionne depuis longtemps.
Le dernier né des tees Original Music Shirt a ravivé mon âme de fan.
Aujourd'hui, il fallait que je t'en parle. Ou plutôt, que je lui en parle.
Lui ?
Lui, c'est Claude François. Le génie à l'origine de la plus belle chanson du monde : Comme d'habitude.

Pour l'hommage, j'ai décidé de porter son oeuvre, d'en faire une créa simple mais avec ce qu'il faut de références, et surtout, de lui écrire ce que je pense.
Une précision pour les non-initiés : la lettre qui suit nécessite une certaine culture Cloclo ainsi que beaucoup, mais alors beaucoup de second, troisième, voire même quatrième degré.




Tee shirt "Comme d'Habitude" - Original Music Shirt



Cher Claude,

Je t'écris d'ici bas, là où Alexandrie ne danse plus avec Alexandra.
A défaut d'être née un Lundi ensoleillé, j'ai vu le jour un Mardi embrumé de 1991. Cette année là, la France te pleurait déjà.
Je te dédie donc cet article avec l'espoir que là où tu es, mon message te parviendra.

Je suis désespérée.
J'ai beau essayer, persévérer, la musique d'aujourd'hui ne me parle pas.
Elle a beau être un phénomène, manger des BN, et faire pleins d'autres trucs en "ène", la Bella de Maître Gims n'a pour moi rien d'une Bélinda, ni même d'une Magnolia.
Quant aux jeunes filles en fleurs, sache qu'il faut désormais 5 ahuris décolorés, moulés dans des slims tels des blancs de poulet sous vide, pour les faire crier autant que toi.
Ah ça, tu peux leur faire leur confiance pour aller dans la même direction sur le chemin du désastre musical.
(une direction ... 5 ahuris ... ça va, tu suis ?)

Pour beaucoup, c'est vrai, tu n'es qu'un vulgaire chanteur à paillettes, un illuminé en pattes d'eph'.
Oh rassure-toi, ta chanson populaire clôture toujours les soirées de débauche et les mariages pas vraiment pouet-pouet. 
Certains aiment rire de ta mort idiote, autant qu'ils kiffent mater tes Claudettes.
A défaut de dire oui avec la tête, ils t'approuvent avec leur ... Putain, c'est vraiment nul les rimes en "ette".
En tous cas,  trop rares sont, à mes yeux (et éventuellement, à Meyzieu), ceux qui te reconnaissent le talent qu'ont su percevoir Yann Moix, F-E Siri, ou l'éternel Michel Drucker.

Je ne suis pas dupe, Claude, je sais que tu as piqué la moitié de ton répertoire à des chanteurs US.
Mais à ton époque, on avait compris qu'il valait mieux adapter du bon, plutôt que d'inventer du mauvais.
Aujourd'hui, certains t'écoutent en cachette, d'autres te traitent carrément de tapette.
Moi, je pense encore à toi, j'affiche au monde entier mon admiration sans limite pour ce que tu restes, pour ce que tu as fait.
Je t'écoute, encore et toujours, en me disant que mes tympans souffriraient moins, si tu revenais.
Et comme d'habitude, à 3 minutes, je vacille au son des trompettes.


Amicalement,

Clemence M.


PS : Ne m'en veux pas d'avoir fait rimer "tapette" avec "trompettes", je suis beaucoup moins (rod)agile qu'un certain Etienne.