dimanche 18 janvier 2015

1 MOIS, 1 VINYLE #2

  
  Qu'on se le dise, souhaiter la bonne année n'a malheureusement jamais empêché aux drames de se produire. Sinon, Michael Jackson serait toujours en vie, Alain Delon serait encore Alain Delon, et "Les Princes de l'Amour", bien qu'inépuisable source d'inspiration, seraient uniquement diffusés sur Pluton .
Faisons donc comme si 2014 ne s'était jamais terminée, et reprenons l'écriture de ce blog là où nous l'avions laissée.

Souviens-toi, il y a quelques mois déjà, j'inaugurais ici-même une nouvelle catégorie d'articles dédiée à mes chers et poussiéreux vinyles.
Après le Gin Tonic de Françoise Hardy, j'ai voulu te présenter aujourd'hui une pochette singulière, celle du premier album solo d'un dénommé Simon F.
A prononcer "Saïmon". Comme Simon & Garfunkel. Mais sans Garfunkel.

clemence m vinyle simon f gun

Comme souvent, la rencontre avait pour décor un nombre indécent de rimes en "é" (c'était l'été, sur l'île de Ré, lors d'un vide-grenier) (nous voilà bien avancés).
Comme toujours, ce fut un coup de foudre. Un coup de foudre avec cette chronophotographie contrastée, ce blouson sur chemise asymétrique, et cette crinière indomptée.

clemence m vinyle simon f gun

Instantanément, cette pochette m'a fait penser à une série de photos datant de 2001 qui elle, paradoxalement, illustrait le dernier album solo d'un certain Michael J.
Pourtant, j'ignorais tout de ce Monsieur F., moi qui d'ordinaire brandit à tout va mon baccalauréat Ringardise spécialité eighties. 

clemence m vinyle simon f gun

A défaut de page Wikipedia (tout le monde ne peut pas être Nabilla ... ), j'ai donc parcouru le web et découvert quelques clips, à commencer par celui d'American Dream, mélange de paradoxes Made in US et de gros plans façon clair-obscur bien flippants. J'ai alors compris que le garçon était un adepte du genre.

Et pour cause, Simon Fellowes, de son vrai nom (en Français, "Simon Compagnons", à un "e" près), aurait imposé à sa maison de disque cette pochette signée Robert Mapplethorpe, photographe autodidacte, poto d'aventure de Patti Smith, et spécialiste du noir et blanc tranché. Un peu chelou, j'avoue. Mais très doué.

clemence m vinyle simon f gun






lundi 22 décembre 2014

BLUE CHRISTMAS


   Oui, c'est vrai, je ne suis pas revenue si vite que cela. Et alors ? Tu ne vas quand même pas me faire croire que depuis le temps, tu ne t'es toujours pas habitué(e) à mes jeux de cache-cache. 

Mais qu'importe, puisqu'aujourd'hui, je suis venue te parler d'un truc assez important, pour ne pas dire, primordial : ta tenue de Nowël.
Soyons claires, toi et moi, on sait pertinemment que ce mercredi soir, on sera scannées de la tête au pieds avant même d'avoir frôlé le paillasson. S'en suivront des semaines de commentaires acerbes sur ta coupe "un peu courte, quand même", ton jean "depuis quand on met des jeans pour Noël ?", ou la couleur de ton blaz' "non mais franchement, elle a rien trouvé de plus gai ?". 

Alors non, je n'ai effectivement rien trouvé de plus gai. N'empêche que je n'ai rien trouvé de plus classe. Et si toi aussi tu as décidé que ton réveillon serait bleu nuit, marine ou navy (c'est pareil, oui, je sais), voilà qui devrait t'aider à compléter ta tenue de combat pour mercredi, avec une vidéo d'Elvis en prime (non, ne me dis pas merci).


sélection blog mode bleu navy noël clemence m
1. / 2. / 3. / 4. / 5. 




Je te quitte sur ces cris hystériques, en te souhaitant un superbe Noël, aussi beau que le perfecto d'Elvis (et crois moi, c'est possible ;)






dimanche 14 décembre 2014

L'HIVER ENFIN



   Il est apparu alors que je révisais. Sans prévenir, le froid est arrivé, glaçant mes mains, et me rappelant, malgré tout (ou malgré rien), que l'hiver reste ma saison préférée
Avec lui, la fin des partiels, dans la ville, les lumières, le thé aux épices, l'odeur de cannelle, et dans mon casque, en boucle depuis avant-hier, la version Robbie Williams au Royal Albert Hall de My Way (la gorge serrée au dernier refrain, toi même tu sais).

C'est vrai, l'hiver me rend terriblement kitsch (enfin, encore plus que d'habitude, tu m'auras comprise). Il faut dire aussi que ma nouvelle cheminée/forêt, décorée par la Mère (la mienne, pas celle qu'on voit danser le long des golfes clairs) ne m'aide pas vraiment à guérir. A ce sujet, j'ignore encore la raison de cette disposition maniaco-symétrique, qui, chaque matin au réveil, me donne l'impression que dans mon salon se tient une cérémonie maçonnique version 30 Millions d'Amis.
Mais là n'est pas la question. Car après tout, Neuneuil l'Ecureuil a le droit, s'il le souhaite, d'enfiler un tablier et de se faire tatouer un compas sur les fesses, ou ailleurs.

Non, aujourd'hui vois-tu, je préfère me préoccuper de choses beaucoup plus sérieuses, intellectuelles, voire carrément cérébrales. Et dans le genre, je peux te dire que chercher un haut à sequins qui ne brillent pas relève du branle-bas-de-combat (en même temps, quelle connerie de vouloir des sequins qui brillent pas ...) (et en même temps, on s'en foutrait pas un peu par hasard ?). 


déco noël cheminée bougies doré forêt

déco noël cheminée bougies doré forêt

déco noël cheminée bougies doré forêt

déco noël cheminée bougies doré forêt

déco noël cheminée bougies doré forêt

déco noël cheminée bougies doré forêt

déco noël cheminée bougies doré forêt

déco noël cheminée bougies doré forêt


Ainsi s'achève cet énième et futile article "come back". J'espère que ton semestre a filé comme tu le souhaitais. Rassure toi, je ne repars pas tout de suite. Je reviens vite, avec du Noël, du Christmas, et de la paillette en veux-tu en voili.